ROLEX PARIS MASTERS Du 26 octobre au 3 novembre 2019
Se connecter

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

Le Rolex Paris Masters, incontestable lieu d’avant-garde et temple de diffusion et d’expérimentation des nouvelles technologies, a accueilli le “Tech Day“ au Master Club de l’AccorHotels Arena.

Compte tenu de l’essor de l’intelligence artificielle et du digital dans le sport ces dernières années, partons à la découverte du tennis 2.0.

La data au service du joueur

Pour Lionel Billon, Data & Al Solutions Sales Director chez Microsoft, “l’intelligence artificielle ne vient qu’amplifier l’ingéniosité humaine“, mais la data peut-elle réellement influer sur le déroulement d’un match ?

Aujourd’hui, des données en provenance d’objets connectés, tels que montres, bracelets et raquettes connectés ou les lunettes AR (réalité augmentée, ndlr), fournissent des informations statistiques en temps réel sur chaque joueur. 


Dans le tennis féminin, le partenariat entre SAP Tennis Analytics et la WTA a donné naissance à une application pour tablettes qui mesure et analyse les performances des joueuses. Dans les faits, lors d’un match, la joueuse peut consulter son coach au cours d’un break de 90 secondes, une fois par set. L’application permet donc à l’entraîneur de suivre le match en temps réel via la tablette, de pouvoir rectifier le jeu de sa joueuse et identifier les erreurs de son adversaire.

Chez PIQ Sport Intelligence, c’est l’analyse des performances qui es mise à disposition du joueur et de son coach par le biais d’un bracelet connecté. Ce dernier va alors déterminer le petit pourcentage en plus essentiel pour mener à la victoire.

À l’avenir, les développeurs iront de plus en plus loin dans l’analyse des données mais ils devront s’orienter également vers la simplification de l’usage des produits au quotidien pour les athlètes, à l’instar des « wearables » par exemple qui n’auront plus besoin d’être rechargés.


La data au service du spectateur

Selon Lionel Billon, “la barrière à l’entrée technologique n’existe plus“. Mais la data n’altère-t-elle finalement pas le spectacle ? Les tournois ont actuellement la volonté de développer l’expérience supporter afin de la rendre toujours plus forte et inédite. Peut-on pour autant préserver la magie de l’imprévisible, la dramaturgie et la pureté des matchs avec l’action de ces nouvelles technologies ?

Les fans inconditionnels de tennis ont d’ores et déjà la possibilité de suivre les plus grands tournois au sein de stades connectés, rendant le spectacle sportif de plus en plus immersif. Les développeurs tel que SAP ou PIQ adressent, par ailleurs, leurs produits au grand public. Un fan de Federer, souhaitant s’en inspirer, aura ainsi la possibilité d’essayer de reproduire son service ou son lift grâce aux capteurs PIQ qui analysent les performances des joueurs et incitent à l’amélioration concrète du jeu.


La question éthique

L’intelligence artificielle et son usage dans le sport pose évidemment  question d’un point de vue éthique. Malgré l’évidente nécessité, dans le domaine du sport, de suivre les avancées technologiques et les tendances nouvelles, les risques de dérives existent: l’analyse prédictive des scores et statistiques pour les parieurs et bookmakers, l’humain remplacé par une machine ou encore l’utilisation des données pour aider les coachs et les joueurs à prendre des décisions pouvant influencer l’issue d’un match …

L’alchimie entre le sport et la big data semble nécessaire, il s’agira d’éviter que cela ne se transforme en liaisons dangereuses. Heureusement, le réel diffère bien souvent de la science-fiction et l’hypothèse qu’un Novak Djokovic ou qu’un Rafael Nadal soient un jour évincés par un robot intelligent sur les courts demeure peu probable à ce jour.

Groupe 1

Groupe 2