Se connecter / S'inscrire

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

< Toutes les actualités

Jack Sock triomphe à Paris

05/11/2017

Thibaut Fraix-Burnet

Jack Sock triomphe à Paris

Il y avait de quoi perdre les pédales et pourtant, il a tenu. Grand favori de sa première grande finale, en passe de se qualifier pour les Masters, mené un set à rien, Jack Sock aurait pu s’égarer face à Filip Krajinovic qui lui n’avait strictement rien à perdre. Et pourtant, il a réussi à maîtriser presque tous les éléments de cette finale pour finir par prévaloir en trois manches (5/7, 6/4, 6/1). Il remporte ainsi le 4e titre de sa carrière et de loin le plus prestigieux. Il est le quatrième Américain à inscrire son nom au palmarès du tournoi parisien après Tim Mayotte (1987), Pete Sampras (1995-1997) et Andre Agassi (1994-1999). Enfin, il obtient in extremis son visa pour le Masters de Londres. Carton plein donc pour l’Américain de 25 ans. 

Et pourtant, au cours du premier set, la tête de série n°16 a senti que cette finale n’aurait rien d’une formalité. Très agressif et pas du tout impressionné, Filip Krajinovic confirmait qu’il savait jouer à la perfection les points importants. Avec 74% de réussite sur les balles de break durant sa semaine parisienne (14/19), le qualifié serbe ne laissait pas échapper sa première occasion. A 3-2, il breakait l’Américain sur une double faute de ce dernier. Sock revenait toutefois aussitôt dans le match en prenant à son tour le service du Serbe sur un mauvais jeu. Mais à 6-5 en faveur de Krajinovic, Sock commettait quelques erreurs de trop et cédait la première manche sans avoir vraiment démérité. 

Sock gardait donc la tête froide à l’orée de la deuxième manche. Son plan de jeu ultra simple consistait à prendre le contrôle de l’échange avec son coup droit en martelant le revers de Krajinovic. Durant ce deuxième set, il jouait 60% de ses coups sur la gauche de son adversaire. Prenant un peu de marge dans ses frappes, il donnait moins de points gratuits (9 fautes directs seulement) tout en profitant de la légère faillite de Krajinovic au service (62% de premières balles contre 73% au premier set). Il obtenait un double break, cédait une fois son service à 4-1, mais sur ces deux derniers jeux de service, il remportait 8 points sur 9 et égalisait à une manche partout (5/7, 6/4).

Dans la mesure où Krajinovic perdait lentement ses moyens physiques, le match avait déjà basculé à l’entame de la manche décisive. A 1-1 service Krajinovic, Sock réussissait deux passings gigantesques le long de la ligne, l’un en revers, l’autre en coup droit, pour prendre les devants (2-1). Il récidivait même à 3-1, désarmant du même coup l’efficacité du Serbe dans ses montées au filet. La fin du match tournait à la démonstration. Krajinovic, en plein naufrage, tentait bien de se décontracter et de s’encourager mais il cédait définitivement le match à l’Américain (5/7, 6/4, 6/1). Le Rolex Paris Masters tenait, 18 ans après Andre Agassi, un vainqueur américain. 

 

 

< Toutes les actualités

Groupe 1

Groupe 2

Groupe 4