ROLEX PARIS MASTERS Du 26 octobre au 3 novembre 2019
Se connecter

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

Vainqueur tranquille face à Fabio Fognini jeudi soir, Roger Federer n’a pas manqué ses retrouvailles avec le public parisien devant lequel il n’avait plus joué depuis sa défaite en huitièmes de finale contre John Isner ici en 2015.

Longtemps incertain après sa victoire à Bâle dimanche dernier, le numéro trois mondial avait finalement décidé de faire le voyage à Paris mardi et confirmé sa participation au Rolex Paris Masters dans la foulée de son premier entraînement. 

Initialement ravi de ne débuter que le mercredi, "Roger" l’était encore plus en apprenant le forfait de Milos Raonic qu’il devait affronter au deuxième tour. "C’était une très bonne nouvelle", confirmait-il en conférence de presse : "J’en ai profité pour remplacer l’entraînement par un massage suivi d’un bon dîner". Une journée idéale pour lui qui redoutait un enchaînement trop rapide entre son 99e titre à Bâle et ses débuts à Paris. "Je sais que certaines personnes étaient tristes mais c’est le tennis et pour moi c’était une chance, ça m’a donné un jour de repos en plus et maintenant j’ai gagné un match et je suis déjà en quarts", se réjouissait Roger Federer après sa victoire contre Fabio Fognini jeudi soir.

 

Standing-ovation

Salué par une énorme ovation à son entrée sur le court, le Suisse a rapidement repris ses marques sur le court où il s’était imposé en 2011. En face, l’Italien, lui aussi bénéficiaire d’un bye au premier tour et d’un forfait au deuxième, n’a jamais trouvé son rythme et a cédé 6/4, 6/3 en 1h13. "Je trouve que ce n’était pas mal pour un premier match. Fabio a tellement de talent que tu ne sais jamais ce qui va se passer, il faut se concentrer mais je prends du plaisir à jouer contre lui car il fait des coups extraordinaires. Ce soir, il n’a pas très bien commencé et j’ai mieux servi que lui dans les moments clés. C’est particulièrement important en indoor, se satisfaisait Roger Federer en conférence de presse. Et j’étais heureux de gagner, comme ça j’ai pu prendre le micro après le match pour remercier et saluer le public pour l’accueil et la standing-ovation à la fin, c’était très sympa."

Le champion aux 20 titres du Grand Chelem aura une autre occasion de saluer le public parisien vendredi et de se rapprocher d’un éventuel 100e titre, lors de son quart de finale contre Kei Nishikori, tombeur de Kevin Anderson 6/4, 6/4. 

 

Groupe 1

Groupe 2