SOIREE
du Tuesday 29 Octobre 2019 at 19h00 au Tuesday 29 Octobre 2019 at 20h30
ROLEX PARIS MASTERS Du 31 octobre au 8 novembre 2020
Se connecter

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

Et Djokovic a chuté…

Le triple tenant du titre Novak Djokovic est tombé, battu par Marin Cilic. Sa place de n°1 mondial est en danger. Andy Murray, lui, se rapproche un peu plus de la place de n°1 mondial. Jo-Wilfried Tsonga est éliminé.

La statue du commandeur est tombée. Le triple tenant du titre et n°1 mondial Novak Djokovic a dit “au revoir“ au BNPPM ce vendredi en fin de journée, battu par Marin Cilic (6/4, 7/6 en 1h44). “Nole“ a par la même occasion perdu encore de précieux points dans sa course à la conservation de sa place au sommet de la hiérarchie mondiale… Cilic, à l’image de sa forme des dernières semaines et dans la foulée de son titre à Bâle, a livré une prestation juste tactiquement de la première à la dernière balle. Toujours très en verve au service, le Croate est parvenu à déplacer Novak Djokovic à peu près comme il le voulait et à le sortir des limites du terrain suffisamment pour lui placer une accélération fatale à la première occasion. 

C’est d’ailleurs Marin Cilic qui a réussi le premier le break, dès le deuxième jeu de la rencontre (2-0). Et si Novak Djokovic est parvenu à recoller cinq jeux plus tard, le message était lancé : attrape-moi si tu peux. Visiblement gêné par son coude droit –il a fait appel au médecin sur le court et s’est touché plusieurs fois le bras au cours du match-, le champion de Roland-Garros était clairement un cran en dessous dans ce quart de finale. Face à un Croate dans une situation exactement inverse, ce n’était pas assez. Un revers de Novak Djokovic dans le filet a scellé le sort du premier set : 6-4 pour Marin Cilic.

“Nole“ ne s’est bien sûr pas décrété fini pour autant et, au courage comme souvent, et après plusieurs alertes sur sa mise en jeu, il a réussi à subtiliser celle de son adversaire (5-4), mais trop peu efficace sur le service il a rendu la pareille (5-5 après deux doubles fautes consécutives). À 6-5, le Serbe a sauvé deux premières balles de match pour s’offrir le droit de disputer un tie-break. Mais dix minutes plus tard, Marin Cilic a fait respecter le cours du jeu d’une dernière accélération de coup droit : 7-2. Et a ainsi signé, à sa quinzième tentative, sa première victoire sur Novak Djokovic.

“Félicitations à Marin, a indiqué Novak Djokovic. Il a beaucoup mieux joué que moi aujourd'hui et il méritait de gagner. Je n'évoluais pas à mon niveau habituel, mais il y a des choses que j'aurais pu mieux faire. J'ai malgré tout eu la possibilité de l'emmener au troisième set mais j'ai commis deux doubles. Dans les moments importants, je n'ai pas été capable de conclure. Il a vraiment mérité cette victoire.“

"Novak était l'un des seuls joueurs -avec Gaël Monfils, en fait- que je n'étais jusqu'ici pas parvenu à battre parmi les joueurs du top, a de son côté dit Marin Cilic. Cette victoire signifie énormément pour moi et me donne beaucoup de confiance  pour Londres, pour la Coupe Davis et avant tout pour ici car je suis toujours en course!“

Isner, comme en 2011
Un combat. Long de deux heures dix-sept et conclu sur un dernier passing de revers de Jack Sock, retombé dans le couloir. Qui a donc envoyé John Isner, vainqueur 7/6, 4/6, 6/4, en demi-finales du BNP Paribas Masters. Le géant de Greensboro, 31 ans, avait déjà atteint ce stade de la compétition en 2011. Face à lui, son grand ami Jack Sock, qui a disputé, à 24 ans, la meilleure saison de sa carrière, l’a mis au défi, notamment avec son coup droit surpuissant mais a sans doute accusé le coup de la fatigue accumulée ces dernières semaines (finale à Stockholm et trois titres en double).

La feuille de stats rendue par John Isner, avec qui Jack Sock s’est d'ailleurs imposé en double à Shanghai il y a quelques semaines- parle d’elle-même : 17 aces, 69% de premières balles, 71% de points remportés sur première, 51 coups gagnants et pas moins de… 54 montées au filet ! Le 27e mondial rencontrera donc Marin Cilic en demi-finale. “Ce tournoi en particulier me réussit bien, a commenté John Isner. Les conditions de jeu me conviennent parfaitement. J'aime beaucoup ce court central. Je ne le trouve pas trop rapide et les balles rebondissent assez haut, ce qui est très bien pour moi. En plus de ça, j'ai toujours adoré être à Paris. Donc si l'on prend en compte ces deux facteurs, cela fait une combinaison plutôt pas mal pour moi.“

Murray un peu plus près du n°1
Andy Murray a peut-être exulté dans le vestiaire quand Marin Cilic a concrétisé sa troisième balle de match et qu’il l’a ainsi aidé dans sa course finale à la place de n°1 mondial. Mais cela ne l’a pas empêché d’entrer pleinement concentré dans son quart de finale face à Tomas Berdych. Comme prévu, ce n’est pas un chemin tranquille que le Tchèque a réservé à l’Ecossais. Aucun des deux joueurs n’ayant concédé son service, le premier set s’est réglé au tie-break. Mieux entamé par Tomas Berdych, qui s’y est procuré cinq balles de set, il a duré quinze minutes : le soldat Murray a grignoté un à un les points et l’a empoché.

La pression s’est fait sentir en fin de deuxième set, quand Andy Murray, en possession d’un break, a servi pour le match, à 5-4. Là, il a laissé le champion 2005 du BNPPM prendre l’avantage 0-40 avant de lui offrir le jeu sur un coup droit basduf‘ (5-5). Derrière, l’actuel n°2 mondial a refait le break et si Tomas Berdych a sauvé trois balles de match, la quatrième a été la bonne, sur un ace. “Avant le match, j'étais un peu plus nerveux qu'en début de semaine, c'est vrai, a reconnu Andy Murray. Mais une fois que je suis entré sur le court, je ne me suis pas senti différent que sur un autre match. Et je n'ai pas joué différemment de ce que j'aurais fait en d'autres circonstances, et c'est bien. Demain, cela sera probablement la même chose d'ailleurs.“

Raonic trop fort pour Tsonga
Une dernière énorme première et Milos Raonic a éteint tout espoir dans le clan français. Jo-Wilfried Tsonga a sans doute payé ses débuts trop timides et son premier set concédé en moins d’une demi-heure (28 minutes). Face à un Canadien toujours aussi solide (9 aces, 80% de points sur ses premières balles et 71% sur seconde), cela a été fatal et le verdict sévère, en toute fin de session ce vendredi :  6/2, 7/6 en 1h31. Le champion du BNPPM 2008 quitte donc Paris au stade des quarts de finale et c’est à Milos Raonic que revient le privilège d’être celui qui tentera d’empêcher l’Ecossais de filer vers le sommet de la hiérarchie mondiale.

“Je me suis fait breaker d'entrée, a expliqué Jo-Wilfried Tsonga, et c'était un coup sur le moral, parce que je voulais commencer fort, je voulais rester dedans tout de suite. Je sais que quand cela se passe bien dès le début, c'est toujours mieux. Derrière je me mets hyper bien en route. C'est dommage pour ce premier set, et puis le second, j'ai eu des occasions, j'ai été un tout petit peu timide sur l'occasion que j'ai eue sur les retours. Après, lui a fait surtout son match au service. Aujourd'hui, il n'était pas facile à prendre. Il a très bien servi.“

Groupe 1

Groupe 2