SOIREE
du Tuesday 29 Octobre 2019 at 19h00 au Tuesday 29 Octobre 2019 at 20h30
ROLEX PARIS MASTERS Du 31 octobre au 8 novembre 2020
Se connecter

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

Andy Murray, nouveau numéro un mondial !

En se qualifiant pour la finale du BNP Paribas Masters, Andy Murray est également devenu le nouveau n°1 mondial. Il détrône Novak Djokovic.

Il en rêvait depuis son plus jeune âge, il s’en était déjà approché il y a sept ans, la première fois qu’il avait atteint la deuxième place du classement ATP. Depuis cet été, il avait pu commencer à l’envisager sérieusement comme un objectif possible à moyen terme. Ce samedi, lorsque Milos Raonic a déclaré forfait, il en a fait une réalité. À 29 ans, 5 mois et 23 jours, Andy Murray est le nouveau n°1 mondial. Le 26e de l’histoire –le classement a été créé en 1973-, le 2e le plus âgé après John Newcomber (30 ans et 11 jours).

“Cela fait un peu bizarre vu la manière dont cela s’est passé aujourd’hui (forfait de Milos Raonic, ndlr), a commenté Andy Murray, qui a appris la nouvelle dans les vestiaires. Ce n’est vraiment pas de chance qu’il se soit blessé.“ L’Ecossais n’a pour autant pas boudé sa joie d’atteindre enfin le Graal. “Atteindre ce stade reflète douze mois de tournois. Les derniers mois ont été les meilleurs de ma carrière et je suis très fier de connaître cet instant.“

“Au début de ma carrière, je voulais gagner un titre du Grand Chelem, a-t-il poursuivi. Puis, en vieillissant, j’ai essayé de devenir n°1 mondial. Il fallait pour cela que j’améliore ma constance et c’est ce que j’ai fait ces deux dernières saisons. Je suis heureux d’y être arrivé.“ Si cet avènement survient à un moment de sa carrière où Ivan Lendl est revenu à ses côtés, précisément pour l’aider à franchir le stade supérieur lui permettant d’enfin devenir n°1 mondial, il couronne un long processus entamé lorsqu’Amélie Mauresmo était à son chevet.

“Andy a toujours fait preuve de persévérance, avait dit un peu plus tôt dans la semaine au BNPPM la capitaine de l’équipe de France de Fed Cup. Il est en recherche permanente, jamais vraiment serein. Mais je crois qu'il a trouvé un équilibre. Il a digéré sa paternité, c'était important. Je pense qu'il va durer quelques saisons à ce niveau. Devenir numéro un n'était pas sa priorité quand on a commencé à travailler ensemble, mais au fil du temps, c'est devenu un objectif.“ Et, ce samedi à l’AccorHotels Arena, une réalité. Dont Judy, sa maman et premier coach, est elle aussi extrêmement fière.

Groupe 1

Groupe 2