Se connecter / S'inscrire

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

< Toutes les actualités

Avec Sock, la jeune garde confirme sa montée en puissance

05/11/2017

Guillaume Willecoq

Et au bout d’une saison 2017 surprenante de bout en bout, le Rolex Paris Masters, dernier tournoi de la saison "régulière" (hors Masters de Londres), entérine un des grands paradoxes de l’année : les tournois principaux (Grands chelems, Masters 1000) auront été trustés soit par les deux plus grands palmarès du XXIe siècle (Roger Federer, Rafael Nadal), soit par des joueurs qui ne figuraient pas le Top 15 au coup d’envoi de la saison : Alexander Zverev (titré à Rome et Montréal alors qu'il était 24e au 1er janvier), Grigor Dimitrov (Cincinnati, 17e en janvier) et donc Jack Sock (Rolex Paris Masters, 23e en janvier).

Le tennis se renouvelle, doucement – à l’échelon des Masters 1000 pour le moment, les Grands chelems restant l’apanage de l’expérience. L’âge de nos trois primo-accédants au titre de vainqueur de Masters 1000 en atteste : 20 ans pour Zverev, 26 pour Dimitrov, 25 pour Sock. D'un coup, Marin Cilic, jusque-là plus "jeune" vainqueur de Masters 1000 en activité du haut de ses 29 ans, se voit dépassé par trois joueurs. Sans même parler des finales de Dominic Thiem (24 ans, à Madrid), Nick Kyrgios (22 ans, à Cincinnati) voire Filip Krajinovic, révélation/résurrection du Rolex Paris Masters à 25 ans et dont il faudra surveiller la courbe de progression ces prochains mois.

Ce n’est pas encore une lame de fond, loin de là, mais des prémices certains. Le temps joue inéluctablement pour eux alors que l’âge et/ou les blessures rattrape(nt) les héros, dorénavant trentenaires, des quinze dernières années, les conduisant à desserrer l'étreinte et à apprendre à partager via à des impasses plus ou moins subies, plus ou moins régulières.

Les Masters 1000 en 2017, reflet de ce qui nous attend en Grand chelem en 2018 ?

Cette saison, cette jeune garde a su s’engouffrer dans chaque ouverture laissée par le "Big four" en général, et le duo Federer / Nadal en particulier. Et c’est tout à leur mérite d'avoir su mettre ainsi à profit les occasions. Quatre Masters 1000 qui échappent au "Big four" lors d’une même saison, c’est tout simplement du jamais vu depuis la constitution de ce carré d’as. C’est même autant que ce que les quatre gloutons avaient laissé à la concurrence sur l’ensemble des six années précédentes (Cilic à Cincinnati 2016, Tsonga à Toronto 2014, Wawrinka à Monte-Carlo 2014, Ferrer au Rolex Paris Masters 2012) ! 

La prochaine étape pour ces "young guns" est maintenant de gagner ce genre de grands titres en confrontation directe avec le "Big Four"... ce qu’Alexander Zverev en particulier a su faire en battant respectivement Novak Djokovic et Roger Federer lors de ses finales victorieuses de Rome et Montréal, là où d’autres – Dominic Thiem à Rome, Denis Shapovalov à Montréal et Nick Kyrgios à Cincinnati – ont réussi à battre le n°1 de l’année Rafael Nadal, sans pour autant conclure victorieusement leur semaine derrière.

Surtout, il leur reste à présent à reproduire en Grand chelem ce partage des titres qu’ils arrivent d’ores et déjà à imposer en Masters 1000. Car au meilleur des cinq sets, "Rodgeur" et "Rafa" sont restés les patrons en 2017, secondés en outre par Stan Wawrinka, Kevin Anderson et Marin Cilic, tous trentenaires (ou dans sa trentième année pour Cilic). Mais avec Zverev n°3 mondial, Thiem n°4, Dimitrov n°6 et Jack Sock n°9, les jeunes loups ont pris date cette année. Et, après s'être ainsi fait les dents en Masters 1000, leur appétit ne peut que s'être aiguisé en vue des Grands chelems. Prêts pour le choc des générations en 2018 ?

< Toutes les actualités

Vous aimerez aussi

Demain se révèle en Masters 1000

Jack Sock triomphe à Paris

Groupe 1

Groupe 2

Groupe 4