ROLEX PARIS MASTERS Du 26 octobre au 3 novembre 2019
Se connecter

Champs obligatoires *

Pas encore inscrit ?

Créer un compte

Pas du genre à montrer ses émotions, Karen Khachanov n'en était pas pour le moins très heureux en arrivant en salle de conférence de presse après avoir dominé Novak Djokovic pour décrocher son premier titre en Masters 1000. Confidences du nouveau champion du Rolex Paris Masters. 

 

Comment vous sentez-vous? C’est un énorme résultat ou c’est juste une étape pour vous? 

Non évidemment ce n’est pas banal. C’est l’un de mes plus grands titres jusqu’à maintenant. Et de manière plus générale c’est une super saison qui se termine de la meilleure des façons avec ce titre. Je ne suis peut-être pas en train de pleurer mais je vous promets que je suis très heureux. 

 

Après cette magnifique saison indoor, de quoi êtes-vous le plus satisfait dans votre comportement ou votre jeu ? 

Je suis heureux de la façon dont je joue. J’ai progressé à chaque match, je l’ai prouvé contre les joueurs du top 10. Je veux dire, aujourd’hui c’était Novak, le numéro un mondial… Je suis aussi satisfait d’avoir su rebondir. Lors de défaites difficiles comme celle contre Rafa à l’US Open, j’ai senti qu’il m’amenait à mes limites, ça m’a poussé à travailler encore plus dur. Et j’ai réalisé que j’étais au niveau, que je pouvais jouer et être compétitif face à eux. Je sentais que ça ne se jouait que sur quelques points et je me suis dit que si je continuais à travailler et à jouer comme je le faisais contre des gars comme Rafa, ou même Novak avant, à un moment ça allait tourner en ma faveur. Je croyais vraiment à ça et c’est ce qu’il s’est passé ! 

 

Pouvez-vous nous parler de votre ratio en finale. Vous êtes à 4-0, 100% de victoires en finales c’est une superbe stat !  

Je n’ai pas joué tant de finales que ça mais oui c’est une bonne stat. 4-0, c’est impressionnant (sourire). Honnêtement, c’était dans un coin de ma tête aujourd’hui avant de jouer ma finale la plus importante contre Novak. Je me suis dit "Ok, il a 70 ou 80 titres je ne sais pas"(72 ndlr) mais j’en ai 3. 3-0 !", j’y ai pensé c’est vrai. 

 

Que pensez-vous du fait de succéder à Nikolay Davydenko vainqueur en 2006 et de remettre le tennis russe sur le devant de la scène ? 

Il y a deux semaines à Moscou, c’était déjà le cas. Aucun Russe n’avait gagné depuis neuf ans. C’est un peu pareil ici et je suis fier d’être le premier Russe à gagner ce titre depuis longtemps et de voir mon nom parmi ceux des très grands joueurs qui figurent sur le trophée. 

 

Quel bilan faites-vous de votre saison et comment allez-vous aborder la suivante? 

J’ai fait huitièmes à Roland-Garros et Wimbledon et dans les deux cas j’ai perdu contre de super joueurs donc c’était de très bons tournois pour moi. Et j’ai gagné Marseille en début d’année, je jouais plutôt bien, c’était une bonne saison et puis j’ai fait un petit break pour me reposer.  J’ai refait une période de préparation pour la saison sur dur et depuis je n’ai pas cessé de progresser et d’être plus consistant. Cette année je finis 11e, je suis satisfait de ma préparation et je ne vais rien changer, je dois continuer à travailler de la même façon et je pense que pour entrer dans le top 10 et y finir l’année il faudra que je fasse la même saison ou même mieux l’an prochain.

 

 

Groupe 1

Groupe 2